Plantes sauvages comestibles de Printemps : 8 plantes faciles à trouver au printemps en France !

Avec le retour du printemps, la nature nous offre une abondance de plantes sauvages comestibles, et pour une bonne partie d’entre elles, on les trouve très facilement ! Chaque région recèle de véritables pépites à redécouvrir. De mon côté, je me concentre essentiellement sur les plantes de la moitié Nord de la France, le sud ayant encore d’autres plantes qui lui sont particulières (mais plusieurs de cette liste y sont tout de même facilement trouvables!)

Let’s gooo parcourir ensemble les chemins à travers la forêt pour redécouvrir ces saveurs originales et tellement bonnes, en mettant un point d’honneur sur la cueillette responsable et éthique !

Avant toute chose : filez relire les règles de sécurité et d’éthique pour la cueillette de plantes sauvages comestibles et médicinales , et n’oubliez pas de ne consommer que ce que vous avez identifié avec CERTITUDE ! Les éléments que je vous partage ici ne sont pas exhaustifs et une confusion reste possible pour les cueillettes des personnes pas ou peu expérimentées. Multipliez les sources d’identification jusqu’à permettre une certitude !

Zéparti, faisons place aux stars du printemps : 8 plantes sauvages comestibles super communes et faciles à trouver !

Urtica dioica ortie piquante plante comestible sauvage printemps

Source : WikiPhyto

1. Ortie (Urtica dioica)

Où la trouver :

Terrains vagues et bords de chemins de toute la France.

Parties comestibles :

Feuilles jeunes (celles du haut de la plante), cueillies en avril et mai.

Utilisation :

Idéale en soupe ou en purée, riche en nutriments.

Mises en garde :

Nécessité de porter des gants pour éviter les piqûres.

Confusions possibles :

Souvent confondue avec la petite ortie, mais toutes deux sont comestibles.

Plus d’infos sur l’ortie sur WikiPhyto

 

Alliaire Source : Wikipedia

2. Alliaire (Alliaria petiolata)

Où la trouver :

Bois et haies, particulièrement visible en mai.

Parties comestibles :

Feuilles tendres du printemps.

Utilisation :

Excellent substitut au basilic dans les pestos.

Mises en garde :

Consommation modérée recommandée.

Confusions possibles :

Distinctive par son odeur aillée lorsqu’on froisse ses feuilles.

3. Ail des ours (Allium ursinum)

Ail des ours cueillette printemps

Ail des ours Source Wikipedia

Où la trouver :

Sous-bois humides, floraison en avril et mai.

Parties comestibles :

Feuilles et fleurs.

Utilisation :

Parfait pour les pestos et assaisonnements divers.

Mises en garde :

Cueillir uniquement dans des zones non polluées.

Confusions possibles :

À ne pas confondre avec le muguet ou l’arum, qui sont très toxiques.

Jeunes feuilles de tilleul ! Pixabay

4. Jeunes feuilles de tilleul (Tilia spp.)

Où les trouver :

Grandes allées et parcs, en particulier dans les zones urbaines et rurales.

Parties comestibles :

Feuilles jeunes cueillies au printemps.

Utilisation :

Parfaites en salades ou comme ajout dans des smoothies verts pour une touche de fraîcheur.

Mises en garde :

Assurez-vous de cueillir loin des routes pour éviter la pollution.

Confusions possibles :

Peu de risques de confusion grâce à leurs feuilles en forme de cœur et à leur saveur douce caractéristique.

plantain lancéolé comestible

Le plantain lancéolé

5. Plantain lancéolé (Plantago lanceolata)

Où le trouver :

Répandu dans les prés, les chemins et les zones perturbées de toute la France.

Parties comestibles :

Jeunes feuilles, idéales au printemps.

Utilisation :

Utilisées crues en salade ou cuites, elles offrent aussi des propriétés cicatrisantes et apaisantes après par exemple une piqure d’ortie ou une piqure d’insecte !

Mises en garde :

Nettoyage soigneux nécessaire pour éliminer les impuretés.

Confusions possibles :

Peut être confondu avec d’autres espèces de plantains, mais tous sont comestibles.

Le pissenlit

Créateur : Alexandre Petzold
Droits d’auteur : A. Petzold/RUSTICA

6. Pissenlit (Taraxacum officinale)

Où le trouver :

Présents dans presque tous les types de terrains à travers la France, notamment les prairies et les jardins non traités.

Parties comestibles :

Toutes les parties de la plante: feuilles, fleurs, racines.

Utilisation :

Jeunes feuilles en salade ou sautées à la poële, racines torréfiées pour faire une boisson semblable au café.

Mises en garde :

Éviter les zones traitées chimiquement.

Confusions possibles :

Distinctif par ses feuilles dentelées et sa fleur jaune solitaire sur un long pédoncule floral.

Viola_odorata violette odorante comestible

La violette odorante
Source de l’illustration : Wikipedia

7. Violette odorante (Viola odorata)

Petite mais puissante, la violette odorante enchante par son parfum si typique et ses petites fleurs qui égayent salades et desserts. Riches en vitamine C, ses fleurs sont parfaites pour une macération à froid dans un lait, préservant ainsi leur arôme délicat. (Je vous recommande la macération à froid car j’ai trouvé que ça fonctionnait beaucoup mieux!)

Où la trouver :

Forêts et prairies légèrement ombragées, souvent près des zones habitées à travers la France.

Parties comestibles :

Fleurs et feuilles jeunes.

Utilisation :

Les fleurs sont parfaites pour aromatiser délicatement des infusions ou macérées à froid dans un lait pour en capturer le parfum sans altérer leur essence.

Mises en garde :

Cueillir uniquement dans des zones non polluées pour éviter la contamination par des pesticides ou métaux lourds.

Confusions possibles :

Peut être confondue avec d’autres petites fleurs bleues ou violettes non comestibles. Distinctive par son parfum sucré et ses feuilles en forme de cœur.

Lamier blanc

Lamier blanc

8. Lamier blanc (Lamium album)

Où le trouver :

Lisières de bois et zones ombragées, communes en France.

Parties comestibles :

Feuilles et fleurs au début du printemps.

Utilisation :

Les feuilles peuvent être utilisées en salade ou cuites, et les fleurs ajoutent une note décorative et légèrement sucrée aux plats.

Mises en garde :

Pas de toxicité connue pour les espèces de Lamium comestibles.

Confusions possibles :

Attention à ne pas confondre avec d’autres plantes non comestibles aux fleurs similaires.

 

Et voilà !
J’espère que vous y verrez désormais un peu plus clair, et que cet article vous aura donné envie d’approfondir le sujet !

 

Si c’est le cas, je vous recommande deux formations que j’ai suivies, les deux sont hyper qualitatives :

  • Formation du Chemin de la Nature : 100% en ligne mais très pédagogique et génial pour démarrer. Il y a 5% de réduction sur toutes les formations de leur site avec le code ONDINE.
  • L’École des Plantes de Paris , formation Plantes et Santé : Le plus long et le plus cher, mais le plus complet. Parfait pour approfondir tous les aspects de la botanique et de la phytothérapie ! C’est une inscription sur dossier, je n’ai malheureusement pas de réduction à partager pour cette formation !

N’hésitez pas si vous avez des questions 🙂

Bonne cueillette 🙂

Article précédent

You Might Also Like

Aucun commentaire

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.