joe biden meme

Élection de Joe Biden : quelles perspectives pour l’environnement aux Etats-Unis ?

Après quatre ans d’une présidence Trump ouvertement climato-sceptique, l’élection de Joe Biden est-elle un souffle d’espoir pour la lutte contre la pollution et le dérèglement climatique ? Je me suis intéressée à cette question. Voici le fruit de mes recherches dans un nouvel article de blog un peu plus orienté politique et actualités ! J’envisage d’ailleurs de faire de plus en plus de contenu de ce type, j’espère que cela vous intéresse, n’hésitez pas à me dire ce qu’il en est en commentaire !

« Quand Donald Trump parle de changement climatique, le seul mot qu’il connaît, c’est canular. Quand je pense au changement climatique, je vois des emplois », a expliqué Joe Biden lors d’un meeting à Wellington, en juillet 2019 (source: Le Nouvel Observateur).

“La victoire historique de Joe Biden est la première étape pour éviter la catastrophe climatique”, a ainsi commenté sur Twitter la directrice de Greenpeace, Jennifer Morgan.

En France : « L’élection de Joe Biden sera un tournant pour la lutte contre le réchauffement climatique » a déclaré dimanche 8 novembre sur franceinfo Pascal Canfin, député européen LREM et président de la commission environnement, santé publique et sécurité alimentaire du Parlement européen.

Bref, vous l’avez bien compris : un peu partout l’on qualifie la victoire de Joe Biden de victoire pour l’environnement et le climat. Mais quels sont les engagements pris par Joe Biden sur ces sujets ? Découvrons-les ensemble !

Les engagements de Joe Biden au sujet de l’écologie

  • Réintégrer les accords de Paris

Cette promesse de réintégrer les États-Unis dans l’accord de Paris (après que Donald Trump ait acté durant son mandat le retrait des États-Unis de cet accord) est un engagement fort et très significatif d’une volonté politique allant dans le sens de la préservation du climat, quoi que l’on pense par ailleurs de la pertinence et de l’efficacité de ces accords (controversés en raison du fait qu’ils sont non-contraignants).

Cet accord  a été adopté le 12 décembre 2015 par 195 pays et a pour objectif de limiter le réchauffement climatique « dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels ».

 Joe Biden a réitéré sa promesse de rejoindre l’Accord de Paris sur le climat le jour même où le retrait du président Trump est entré en vigueur.

« Aujourd’hui, l’administration Trump a officiellement quitté l’Accord de Paris. Et dans exactement 77 jours, l’administration Biden le réintégrera »a-t-il annoncé dans un tweet.

En réalité, cela va prendre un peu plus de temps. Joe Biden pourra effectivement faire une demande de rejoindre l’Accord de Paris dès le jour de son investiture le 20 janvier 2021. Et trente jours plus tard, les Etats-Unis réintégreraient cet accord qui a pour but de maintenir le réchauffement planétaire en dessous de 1,5°C.

Source : RFI

Dans le cadre de cet accord, les États-Unis s’étaient engagés à réduire d’ici 2025 de plus de 25 % (par rapport à 2005) les émissions de gaz à effet de serre sur leur territoire.

Investissement dans les énergies renouvelables :

Contrairement à Donald Trump qui durant son mandat a très largement soutenu la filière charbon, Joe Biden s’est présenté durant sa campagne en tant qu’opposant de cette énergie très controversée en raison de son impact écologique.

En Juillet 2020, Joe Bien révélait son programme concernant sa vision de la politique énergétique à mener aux États-Unis : Investissement de 2.000 milliards sur quatre ans dans son projet de “relance verte”, un plan extrêmement ambitieux. Joe Biden mise sur une « une électricité 100 % décarbonée » d’ici 2035, basée essentiellement sur le photovoltaïque et l’éolien. Joe Biden met en avant le fait que cette transition énergétique sera également pourvoyeuse de très nombreux emplois.

Objectif: Neutralité carbone en 2050 notamment grâce à l’abandon des énergies fossiles qui fournissent actuellement 80% de l’énergie consommée aux États-Unis. Colmatage des fuites de méthane de l’industrie pétrolière, renforcement des normes thermiques des bâtiments et de consommations de véhicules. Mais aussi : lancement d’importants programmes d’infrastructures, notamment dans les domaines de l’eau, des transports et de l’énergie (source : Le Journal de l’Environnement)

Petit bonus si ce sujet en particulier vous intéresse : un rapport sur le marché de l’énergie éolienne aux États-Unis !

Réduction de la fracture énergétique :

Le plan de relance verte prévoit aussi le financement de la rénovation énergétique de six millions de bâtiments (4 millions de bâtiments commerciaux et 2 millions de logements, notamment dans les quartiers défavorisés). ainsi que la construction de plus d’un million de bâtiments énergétiquement efficients.

(Source : Reporterre)

Protection de la biodiversité

Joe Biden souhaite classer 30 % du territoire et des aires marines en espaces protégés d’ici 2030, et interdire les forages dans le refuge national de la faune arctique en Alaska autorisés par l’administration Trump durant son mandat.

National Wildlife Refuge | Alaska

Le National Wildlife Refuge, en Alaska. Source : https://www.fws.gov/refuge/arctic/wildlands.html

Donald Trump qui, durant son mandat, a autorisé l’abattage de grands prédateurs protégés en Alaska, et ouvert à l’exploitation pétrolière une zone protégée de cette même région.

Joe Biden a également annoncé qu’il souhaite interdire la fracture hydraulique sur les terres publiques.

Développer les voitures électriques

Quel challenge, LE pays de la voiture, où même la station essence fait tant partie de l’imaginaire collectif mondial ! En pensant aux États-Unis, qui n’a pas un instant en tête l’image d’une station essence isolée au bord d’une route nationale traversant une plaine désertique, où se croisent grosses voitures et personnages de l’intrigue d’un film ou d’une série ?

Le Nouvel Obs analyse : Le démocrate de 77 ans veut miser sur des voitures plus propres. Alors que les véhicules électriques ne représentent que 2 % du marché aux Etats-Unis, selon l’agence pour les énergies renouvelables, et se concentrent majoritairement en Californie, Joe Biden souhaite mettre en place des crédits d’impôt pour encourager les classes moyennes à acheter un véhicule électrique. Il n’a toutefois pas détaillé le montant de ce coup de pouce. Cela passe aussi par l’exemple : il a indiqué vouloir progressivement remplacer l’ensemble des véhicules de la flotte fédérale par des modèles électriques.

Inversion des déréglementations décidées par Trump

Joe Biden utilisera probablement des décrets pour inverser les déréglementations décidées par Donald Trump, ce qui pourrait se traduire par l’établissement de normes de méthane sur les opérations pétrolières et gazières et par l’interdiction des forages dans l’Arctique.

Donald Trump a annulé environ 80 règles sur l’environnement, dont des dizaines liées aux normes sur les émissions ou le forage et l’exploitation minière, selon un relevé du programme de droit de l’environnement et de l’énergie de l’Université de Harvard.

La rapidité avec laquelle Joe Biden émettra des ordres exécutifs, et agira en conséquence, peut dépendre de la pression mise en œuvre par les foreurs sur l’administration américaine et une grande partie de ce qui sera décidé par décret pourrait être annulée par une future administration républicaine.

(Source : Midi Libre)

Annulation du projet d’oléoduc Keystone XL

Le projet Keystone XL et son tracé à travers les États-Unis

Joe Biden a promis de revenir sur l’autorisation du très controversé projet d’oléoduc “Keystone XL” . Ce projet, dont la construction a débuté en pleine crise de COVID 19, doit permettre le transport quotidien de 830.000 barils de pétrole extraits des sables bitumineux de l’Alberta (une province du Canada) jusqu’aux raffineries de l’État du Texas.

Selon Reporterre :  Au mois de mars 2017, Donal Trump a donné son feu vert à l’opérateur TransCanada pour construire Keystone XL, prétendant alors qu’il s’agissait d’un «grand jour» pour l’emploi et l’indépendance énergétique. S’il est élu, Joe Biden a promis de revenir sur l’autorisation de cet oléoduc Keystone XL.

En effet, le média canadien LaPresse partage la déclaration du directeur politique de la campagne de Joe Biden Stef Feldman, (extraite d’une déclaration écrite rapportée pour la première fois par Politico) :

« Biden s’est fermement opposé au pipeline Keystone lors de la présidence de Barak Obama, il s’est tenu aux côtés du président Obama et du secrétaire d’État John Kerry pour le rejeter en 2015, et se tiendra fièrement dans la salle Roosevelt en tant que président et l’arrêtera définitivement »

Sources : Reporterre et Lapresse.ca

L’environnement, sujet présent dans les programmes de Biden depuis ses tout débuts en politique

J’ai été surprise de découvrir dans mes recherches que bien qu’il ne soit franchement pas non plus un zadiste dans l’âme, Joe Biden a tout de même un passif notable en matière de propositions environnementales qui le rend selon moi relativement crédible quant à l’authenticité et à la sincérité de ses convictions (du moins dans le contexte d’une élection présidentielle américaine, où les candidats les plus à gauche seront toujours beaucoup plus à droite que les plus droitistes de chez nous, bref, vous voyez).

Le 8 novembre, Jean-Éric Branaa, maître de conférences à l’université Paris II, répond dans le journal de 19h de France Inter à la question :

” Joe Biden est-il un président écolo ?”

Je retranscris ici une synthèse de sa réponse :

” Oui, et c’est assez peu connu.
Il a commencé sa première campagne en 1972 en introduisant l’écologie dans le programme de sa première campagne politique, en 1972. L’écologique était tout juste entrain de naître, Joe Biden avait à peine 30 ans. Il a par deux fois en tant que sénateur tenté de faire passer des lois visant la préservation de l’environnement, en 1972 et en 1987, sans succès.

Dans ses deux campagnes de 1988 et 2008, on retrouve des propositions relatives au climat. Aujourd’hui, il a des propositions que l’on peut qualifier d’audacieuses, largement inspirées par Alexandria Ocasio Cortez qui a été la co-présidente de sa commission environnement, qui a construit son programme, même si elle n’a pas réussi à mettre l’ensemble de ce qu’elle voulait car elle est l’autrice du Green New Deal, cela reste très inspiré par elle, notamment la disparition du carbone d’ici 2035 ce qui est quasiment demain”.

(note : sur cette dernière phrase, je pense que l’intervenant faisait plutôt référence à l’arrêt total de l’utilisation des sources d’énergies carbonnées comme par exemple le charbon ou le pétrole).

Quels obstacles à cette politique ?

Au delà du boulet que représenteront les diverses personnalités ultra conservatrices nommées par Trump durant son mandat et les diverses séquelles de ces quatre ans de mandat désastreux sur le plan environnemental (sans même parler du plan social et de celui des droits fondamentaux), France 24 signale de possibles dissensions au sein-même de l’équipe Biden. En cause, la volonté en interne d’aller beaucoup plus loin :

” Non seulement les États-Unis devront regagner la confiance pour restaurer leur position internationale, mais Joe Biden devra aussi lutter contre les dissidences dans son propre camp, au sein duquel les activistes du changement climatique voudraient aller plus loin et plus vite, en adoptant notamment un Green New Deal (Nouvelle donne verte). C’est le nom donné par l’aile la plus à gauche du parti démocrate, soutien de Bernie Sanders, à son programme de transition écologique et de justice sociale, bien différent du plan Biden.

Celui-ci favorise plutôt la justice environnementale pour la réduction des inégalités face au réchauffement climatique et aux pollutions. À la grande différence du plan du candidat démocrate, le Green New Deal n’encourage pas la technique controversée de la fraction hydraulique, qui consiste à extraire du pétrole et des gaz emprisonnés dans le sous-sol en y injectant des fluides à forte pression. Or Joe Biden ne souhaite pas l’arrêt de cette technique controversée, tout en réclamant une réglementation sur le sujet, car elle emploie des dizaines de milliers de travailleurs américains. La fraction hydraulique représente 35 % de la production énergétique des États-Unis.

Pour le Sunrise Movement – à l’origine du Green New Deal – le plan de Biden n’est pas à la hauteur. Ce groupe de jeunes militants luttant contre le changement climatique a obtenu le soutien de la représentante du Congrès Alexandria Ocasio-Cortez et d’autres démocrates. Ses militants ont d’ores-et-déjà attribué la note “F” au plan Biden et ils ont prévenu : ils lui demanderont des comptes en menant une campagne de plusieurs mois pour faire du changement climatique une vraie priorité nationale”.

(Source : France 24)

L’avenir nous dira comment Joe Biden et ses équipes agiront face à l’urgence du dérèglement climatique, dont les impacts désastreux se font déjà ressentir un peu partout dans le monde. Et si cette ligne environnementale assumée permettait aux Etats-Unis d’impulser un grand coup de pied aux fesses global sur ces questions urgentissimes, et qui sait, pourquoi pas de devenir leader mondial de la transition écologique ? Rêvons un peu… en tout cas pour ma part, c’est comme cela que je l’imagine, l’Amérique great again. Ça aurait grave de gueule.

Je suis franchement fâchée avec les États-Unis depuis que j’y ai un peu vécu, l’espace de quelques mois en 2018. La violence sociale et le consumérisme à outrance m’avaient énormément choquée. J’espère pouvoir me réconcilier avec ce pays dont j’admire par ailleurs le soft-power…  Et en attendant que les États-Unis deviennent la locomotive verte du monde (rêvons un peu), œuvrons chez nous dans nos pays respectifs à faire avancer la cause environnementale !

J’espère que ce petit topo sans prétentions vous aidera à y voir plus clair sur la politique environnementale de Joe Biden. N’hésitez pas si vous avez des questions en commentaire, ou des remarques / précisions, je tâcherai d’y répondre de mon mieux. J’envisage également de faire un topo similaire sur les engagements de Joe Biden en faveur de la justice sociale. Dites-moi si ça vous intéresse !

ondine

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez probablement aussi ceux-ci :

Aucun commentaire

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :