Office Project Professional 2007 SP2 Key Office Publisher 2007 Key Office OneNote 2007 Key Office InfoPath 2007 Key Office Groove 2007 Key Office Outlook 2007 Key Canada Goose jas canada goose outlet https://www.airbrushhenk.nl airbrushhenk.nl canada goose jas canada goose outlet

J’ai testé pour vous : « la Formation du Cueilleur » par Le Chemin de la Nature, et voici mon avis complet et détaillé !

Cet article présente mon avis sur « La Formation du Cueilleur », une formation à la reconnaissance des plantes sauvages et à leur usage médicinal et culinaire. Botanique, herboristerie, préparation de remèdes, pharmacognosie, cuisine et conservation, cueillette pratique, etc… c’est une formation large et très complète accessible sur le site « Le Chemin de la Nature« . 

Vous connaissez probablement déjà la chaîne youtube très suivie Le chemin de la Nature qui contient une foultitude de vidéos passionnantes sur les plantes, animée par Christophe de Hody (herbaliste, botaniste, naturopathe et auteur des livres « Cueilleur Urbain » et « Les bienfaits des arbres »). Si cette chaîne au succès très mérité est déjà en soi un puits de connaissances gratuites sur la botanique, la phytothérapie et bien d’autre sujets en lien avec les plantes, Christophe, en vraie rock-star de la cueillette, ne s’est pas arrêté là ! Il a lancé il y a trois ans une formation complète pour apprendre à reconnaître et utiliser les plantes sauvages : la Formation du Cueilleur, qui regroupe déjà près de 4000 inscrits !

Les plantes et moi, cette histoire improbable

Avant de vous parler de la formation, j’ai envie de vous parler de mon histoire avec les plantes. Elle n’a rien de particulier, rien d’incroyable, je ne suis rien de plus qu’une énième urbaine coupée de la nature ! Et c’est peut-être justement pour ça qu’elle est intéressante : je pense que nombreux sont celles et ceux qui s’y identifieront. Alors, d’où est venu cette passion pour les plantes et l’envie d’apprendre à les identifier et à les utiliser ?

L’intérêt pour les plantes m’a pris doucement, il y a quelques années. Ca a commencé par un truc tout simple : j’avais toujours été incapable de faire pousser ou même d’entretenir une plante. J’en avais assez de tout faire crever, même les cactus. Je trouvais ça dommage, car j’aimais bien les plantes, elles me fascinaient un peu avec leur capacité improbable de s’épanouir entre deux dalles de béton sans l’aide de personne (et à mourir dès que je tentais de m’en occuper, visiblement). C’était aussi la période où je commençais à me questionner sur ma consommation, à apprendre petit à petit à fabriquer mes cosmétiques, mes produits de ménage, mes savons.

Moi qui avais la main tout sauf verte, j’ai décidé de commencé à m’intéresser aux plantes, à apprendre les bases pour m’en occuper. Il m’a suffit de demander quelques conseils à une fleuriste et à lire quelques guides sur internet pour comprendre les 2 ou 3 trucs de base pour bien m’occuper de mes plantes d’intérieur. À partir de là, tout a changé ! Mes plantes ont prospéré, j’en étais tellement fière !!! Dans mon engouement, j’ai eu envie de me lancer dans un potager, ce qui n’était pas très compatible avec mon studio parisien sans balcon. J’ai finalement rencontré au même moment celle avec qui j’ai partagé un potager en banlieue parisienne, devenue depuis mon amie puis mon associée dans mon entreprise d’accessoires de yoga Yogamatata !

Le concept de faire pousser des choses à manger, c’était vraiment devenu l’une de mes grandes passions du moment (j’ai toujours une ou deux passions du moment, parfois elles durent des années). Je mangeais un truc avec des pépins ou un noyau ? Je DEVAIS les récupérer et tenter de les faire pousser par la suite. Je me suis même renseignée pour faire une formation en permaculture, mais j’ai abandonné l’idée en me disant « à quoi bon, je vis et je travaille à Paris et je suis toujours dans mon studio sans balcon »… Mais chassez le naturel, il revient au galop. Ma passion pour les plantes n’a fait que grandir. De deux jardinières je suis passée à autant que mes fenêtres pouvaient en contenir, et je les ai truffées de plantes comestibles, aromatiques et médicinales (de chez Kokopelli bien sûr!).

Suite à une balade de reconnaissance de plantes sauvages organisée par l’association La Vulva lors d’un festival d’éco-féminisme et sorcellerie (oui oui, ça existe), j’ai eu LA révélation : je voulais être capable de me promener n’importe où et de comprendre les plantes qui m’entourent : leur rôle dans leur environnement, comment les reconnaître, leur usage culinaire et médicinal potentiel, comment les prélever sans les mettre en péril ni me mettre en danger moi-même… Je me suis inscrite en formation botanique et phytothérapie à l’école des plantes de Bailleul, à côté de Lille, où je me rends un week-end par mois pour suivre la formation. En complément, je fais des balades de reconnaissance de plantes : seule ou avec ma copine Ana, accompagnées de nos flores et de la meilleure application du monde : Pl@ntNet. Au moment où je m’inscrivais à Bailleul, Ana s’est inscrite à la Formation du Cueilleur proposée par Le Chemin de la Nature.

J’ai hésité entre les deux formations, leur coût était à ce moment là sensiblement le même. Mais je suis le genre de personne  qui a besoin d’avoir un rythme de cours imposé avec des créneaux horaires dédiés, d’avoir en face d’elle un ou une prof à qui poser ses questions, d’avoir des camarades de classe avec qui échanger… alors peu importe si faire des aller-retours était cher et compliqué sur le plan logistique, j’ai intégré cette formation depuis la rentrée 2019 et je m’y rends en train une fois par mois ! Elle est très intéressante par bien des aspects mais ayant vu chez ma copine Ana des bouts de la Formation du Cueilleur, je me suis laissée convaincre et j’ai finalement décidé de suivre AUSSI la formation du Chemin de la Nature, et j’en suis beaucoup plus satisfaite. J’ai du mal à être régulière dans mon apprentissage, mais finalement j’avance tout de même, à mon rythme et avec beaucoup plus de satisfaction ! La Formation du Cueilleur c’est ni plus ni moins que la version moderne, pédagogique et bien organisée de l’école des plantes ! Je ne m’attarderai pas sur la comparaison entre les deux formations, le but de cet article n’étant pas de dire qu’une formation en vaut mieux qu’une autre, mais plutôt de vous présenter pourquoi celle-ci me convient !

En parallèle, j’ai commencé à participer à des balades de reconnaissance des plantes au parc des Buttes Chaumont de Paris, animée par Christophe, le formateur du Chemin de la Nature (Il organise plusieurs fois par semaine des balades botaniques en région parisienne et des stages, on peut s’y inscrire ici). Lors de ma première balade, il avait beau faire un temps horrible avec de la pluie et du froid, c’était une balade passionnante qui m’a donné envie d’en faire plusieurs à chaque saison (et j’en ai depuis refait plusieurs autres ainsi qu’un stage sur deux jours). Après les balades, Christophe convie toujours tout le monde à prendre un petit café. Le hasard a fait qu’après ma première balade, dans ce groupe de 15 personnes au café nous nous sommes retrouvés assis en face avec Christophe, et nous avons donc discuté et sympathisé, ce qui m’a donné encore plus envie de m’intéresser de plus près à sa formation en ligne !

View this post on Instagram

🌿 Nature urbaine 🌿 On passe devant sans les apercevoir, et quand bien même on les voit, bien rares sont ceux qui les connaissent… (suspense…)… Les plantes sauvages ! On les trouve aussi bien en pleine nature qu'au cœur des villes (bon, avec évidemment moins d'espèces en ville maiiiis tout de même pas mal : on recense 800 espèces végétales à Paris et ses jardins et bois alentours (Boulogne et Vincennes!) ça en fait du beau monde à découvrir ! Et alors, on en fait quoi de ces plantes ? Déjà, pas forcément quelque chose. Observer, contempler leur beauté, leur poésie et leur simplicité/complexité et leur lien avec leur environnement est en soi un moment magique. Une pratique presque méditative dont je ne me lasse pas ! Résultat, j'observe mais je ne cueille pour l'instant presque jamais même quand je suis sûre de mon identification 🌿 Mais on peut aussi profiter de leurs innombrables bienfaits sur le plan médicinal et gustatif ! Des plantes parfois toutes communes peuvent se révéler être d'excellents remèdes pour des bobos du quotidien ou certaine pathologies. Et parfois, elles sont comestibles et on peut en faire de super recettes ! (en respectant bien sûr les règles de sécurité surtout en ville où on évite entre autres de cueillir tout ce qui se trouve à moins de 30cm du sol ou trop proche des routes) Spoil : je vous partagerai dès que j'ai le temps des recettes faites à partir de plantes sauvages, piochées dans la super formation @lechemindelanature que je suis assidûment en plus d'assister aux balades que je vous partage en stories ! Sur ces photos prises aujourd'hui lors d'une balade avec @lechemindelanature au square villemin (le jardin parisien typique dans lequel on n'envisage pas la possibilité de plantes sauvages, et pourtant !) vous pouvez voir dans l'ordre : Lamier pourpre, Pâquerette, Laiteron Maraîcher, Cardamine hérissée, Véronique de perse et Picris fausse épervière. Une seule de ces plantes n'a aucun intérêt gustatif ou médicinal bien qu'elle soit comestible, laquelle à votre avis ? 😊 Imaginez tout ce qu'on peut trouver dans un bois, une forêt ou ailleurs si on trouve déjà tout ça et bien plus encore dans un jardin parisien 😍 #cueillette

A post shared by 🌿 Ondine 🌱 Médiactiviste ✊ (@ondinema) on

L’identification et la cueillette de plantes sauvages

J’en parle encore assez peu sur le blog et les réseaux sociaux, probablement car je ne me sens pas encore de légitimité à dispenser ici des conseils sur l’usage culinaire (et encore moins médicinal) des plantes. Je pense d’ailleurs que je continuerai à ne pas parler de leurs usages médicinaux car ce n’est pas mon rôle, je ne suis pas officiellement formée et qualifiée pour cela et je ne sais pas si je le serai un jour (j’étudie le sujet par passion, sans avoir d’objectif professionnel derrière) !

En revanche, apprendre à reconnaître les plantes sauvages et savoir comment les cuisiner (et savoir préparer quelques remèdes de base, quand même), ça parle carrément à la Castor Junior qui est en moi ! J’ai toujours été attirée par les petits DIY marrants issus de la nature, petite j’avais un livre sur les choses à fabriquer à partir de ce qu’on pouvait trouver dans les bois ainsi que quelques trucs et astuces de survie et j’ADORAIS ce bouquin !

Et au delà de ça, je pense que ça parle également à plusieurs autres de mes personnalités :

  • la passionnée de DIY (après tout, je fabrique déjà de la lessive à base de lierre et mille autres trucs),
  • l’indépendante extrême (s’assumer seule à 100% dès ses 17 ans ça forge un caractère de «  je ne veux jamais dépendre de personne », faut bien l’admettre)
  • la flippée de l’effondrement à venir, du dérèglement climatique et de ses conséquences (bref, y’a un petit côté survivaliste à cette connaissance qui me déplaît pas)
  • la citadine en mal de verdure
  • l’éternelle curieuse qui n’envisage pas de vivre sans apprendre de nouvelles choses sans arrêt (d’où le nom du blog)
  • l’écolo engagée qui voit là une manière alternative complémentaire de consommer, en dehors des circuits de production conventionnels

Et probablement à d’autres parts de moi que je n’ai pas encore identifiées se retrouvent également dans le souhait de maîtriser les arcanes de la cueillette de plantes sauvages, la préparation de recettes et de remèdes !

La Formation du Cueilleur par « Le chemin de la nature » : mon avis !

Oui je blablate trop je sais. Ce qui vous intéresse c’est mon retour d’expérience. J’y viens, j’y viens !

De toute façon je ne vais pas vous laisser longtemps planer dans le suspense : autant vous le dire tout de suite, je trouve cette formation tout à fait excellente. Ma mission, c’est de vous expliquer pourquoi !

Cela fait 3 mois que je suis la Formation du Cueilleur à mon rythme. Je pense que j’en suis à environ une cinquantaine d’heures passées sur cette formation (il y a beaucoup de contenu, et il m’arrive de regarder des vidéos plusieurs fois ou de relire des PDF, et de passer du temps sur les contenus additionnels à la formation dont je parlerai plus bas) sans compter le temps passé sur le terrain à mettre en pratique mes apprentissages, mon téléphone dans une main et une flore dans l’autre au coeur la jungle des parcs parisiens (vous me trouverez probablement entre deux buissons et c’est même pas pour faire pipi ! C’est d’ailleurs même pas non plus pour cueillir,  j’identifie les espèces!). 

J’en suis à ce jour au chapitre 11 de la Formation du Cueilleur, sur actuellement 24 chapitres disponibles (de nouveaux chapitres sont régulièrement ajoutés et il me semble qu’il est prévu qu’il y en ait 30). Je n’ai donc pas encore entièrement fini la formation, mais je pense l’avoir toutefois suffisamment expérimentée pour pouvoir vous donner à ce jour un avis pertinent et complet, et je mettrai l’article à jour une fois que je l’aurai complètement finie !

La plateforme de formation :

test avis le chemin de la nature formation du cueilleur cueillette de plantes sauvages botanique herboriste herbaliste phytothérapie aromathérapie gemmothérapie #cueillette #botanique #survivalisme

La plateforme de « La Formation du Cueilleur » par Le Chemin de la Nature

Aaah, la technique, cet aspect essentiel et pourtant si négligé dans la plupart des formations en ligne. Des cours en ligne, j’en ai suivi un certain nombre et si il y bien un truc que je peux affirmer, c’est que la qualité technique de la plateforme ainsi que son ergonomie sont essentielles pour que l’apprentissage soit fluide et agréable. Ici, on a tout simplement l’une des plateformes de cours en ligne les mieux faites qu’il m’ait été donné d’utiliser, si ce n’est la meilleure ! Je parle bien ici uniquement de l’ergonomie de la plateforme de cours, du côté agréable et pratique de son utilisation. Un point qui n’a rien à voir en soi avec le contenu du cours mais qui a d’autant plus d’importance pour une formation longue : quitte à devoir y passer un grand nombre d’heures, autant que son utilisation soit simple, efficace et agréable ! Tout est fluide, on sait où on en est, on peut circuler facilement d’un cours en vidéo à une définition ou à une fiche descriptive de plante, et revenir à son cours. Et en plus, c’est joliment fait !

Chacun des 24 chapitre est divisé en plusieurs sous-parties thématiques, chacune ayant :

  • Un ou plusieurs cours en vidéo de 5 à 20 minutes en moyenne, de très bonne qualité (montage, prise de son, contenu pédagogique, c’est efficace et précis : c’est du contenu très bien fait sur tous les plans, et j’ai tendance à être relou et exigeante),

test avis le chemin de la nature formation du cueilleur cueillette de plantes sauvages botanique herboriste herbaliste phytothérapie aromathérapie gemmothérapie #cueillette #botanique #survivalisme

  • Un ou plusieurs PDF récapitulatif très pédagogiques : clairs, efficaces, avec de nombreuses images ou illustrations, et avec du contenu complémentaire à celui de la vidéo.
  • Des quiz d’évaluation assez pointus qui nécessitent d’avoir vraiment suivi le chapitre avec attention ! Et que j’aime pour ma part refaire régulièrement pour réintégrer les connaissances oubliées en cours de route. Certains quiz m’ont littéralement scotchée comme celui qui permet de simuler la recherche d’une plante dans une flore papier ! Je me suis dit là, les gars, on est clairement dans le turfu ! C’était super bien pensé et super bien fait d’une point de vue technique tout en restant très simple à prendre en main, et surtout, c’était exactement ce qu’il me fallait pour apprendre à distance comment reconnaître n’importe quelle plante à l’aide d’une flore. En deux vidéos et deux simulations en ligne, je me sais désormais quelles flores utiliser dans chaque cas et surtout comment les utiliser !
test avis le chemin de la nature formation du cueilleur cueillette de plantes sauvages botanique herboriste herbaliste phytothérapie aromathérapie gemmothérapie #cueillette #botanique #survivalisme

Un petit jeu de glisser-déposer qui sera super facile si vous avez bien appris vos leçons !

  • Des fiches plantes récapitulatives (2 à 5 en moyenne par chapitre) avec à chaque fois une vidéo de présentation complète de la plante (description botanique et usages culinaires et médicinaux, plans vidéo de la plante à divers stades de développement, anecdotes, etc), une seconde vidéo entièrement dédiée à l’identification botanique de la plante, des photos de tous les éléments distinctifs de la plante ainsi qu’un PDF complet qui récapitule tout ce qu’il est intéressant de savoir sur cette espèce. Je vais très souvent regarder les fiches plantes car elles sont très pratiques et très complètes ! Je vous recommande de les regarder elles aussi plusieurs fois au fur et à mesure de la formation et de vos rencontres sur le terrain avec ces plantes car c’est le genre d’infos qui entre par la répétition !
test avis le chemin de la nature formation du cueilleur cueillette de plantes sauvages botanique herboriste herbaliste phytothérapie aromathérapie gemmothérapie #cueillette #botanique #survivalisme

Capture d’écran extraite de « La Formation du Cueilleur » par Le Chemin de la Nature. Une partie de la fiche multimédia dédiée au Lierre Terrestre.

La formation est en ligne, mais il est également possible de la télécharger hors ligne sur ton téléphone, pour la consulter quand on n’a pas de réseau. Le turfu, je vous dis ! Et j’ai essayé, ça fonctionne très bien. Ceci dit, pour ma part je préfère consulter la formation sur mon ordinateur tranquille à la maison. Sur le terrain, je prends des photos, je fais un petit coup de Pl@ntNet, puis je vérifie tout ça à la maison avec mes livres et les fiches plantes de la Formation du Cueilleur. Hé ouais, Pl@ntNet  dit souvent des âneries quand les plantes n’ont pas de fleurs… et c’est bien souvent à ce stade là qu’on les cueille pour les cuisiner car après, une fois qu’elles ont fait des fleurs, elles sont moins tendres et plus fibreuses (notez ce petit bout de savoir directement issu de mon apprentissage sur la Formation du Cueilleur!).

Mais qui est derrière cette formation ?

Autour de Christophe qui est le visage de cette formation en tant que prof, il y a une énorme équipe de professionnels. Herbalistes, chimistes, pharmacien.nes, botanistes, biologistes, professionnel.les de la pédagogie en ligne… Ils sont une cinquantaine de personnes à travailler sur cette formation et ils sont présentés sur le site (leur nom, leur compétence et une petite photo!). Cinquante personnes pour créer une formation c’est énorme, et ça explique en bonne partie la quantité ET la qualité du contenu !

Je vous laisse visiter la page du site qui présente l’équipe du Chemin de la Nature !

Le programme de la Formation du Cueilleur :

On peut circuler d’un chapitre à l’autre même si on n’a pas consulté les chapitres entre les deux (par exemple si vous voulez absolument consulter rapidement le chapitre sur la facto-fermentation et les conserves c’est tout à fait possible, c’est le chapitre 8) mais le cours suit un ordre logique auquel il vaut mieux, je pense, ne déroger que ponctuellement ! Bon, j’avoue, j’ai regardé plein de chapitres en avance… Faites ce que je dis, pas ce que je fais 😉

Les thématiques abordées dans la formation sont très larges, on passe de la botanique pure à des cours de médecine en passant par les règles pour cueillir en sécurité, les composés chimiques des plantes et les vertus qui y sont associées, la phytothérapie, la gemmothérapie, l’aromathérapie, des recettes sauvages salées et sucrées, des anecdotes, tisanes, sirops, macérâts… Il n’est pas question de faire de vous des experts de chacun de ces domaines, c’est impossible, mais plutôt d’aller en profondeur là où c’est nécessaire et d’aborder plus en surface là où seule une connaissance légère suffit dans le cadre de notre objectif qui est, rappelons-le, non pas de devenir médecin ou druide mais d’être à peu près autonome dans la cueillette et l’usage de plantes sauvages.

test avis le chemin de la nature formation du cueilleur cueillette de plantes sauvages botanique herboriste herbaliste phytothérapie aromathérapie gemmothérapie #cueillette #botanique #survivalisme

Capture d’écran extraite de « La Formation du Cueilleur » par Le Chemin de la Nature. Chapitre 7 : « Introduction à l’herboristerie »

Je tiens au passage à porter un toast à deux succès bien précis, ceux de rendre la pharmacognosie (science des molécules actives) ainsi que les descriptions de familles botaniques compréhensibles, « retenables » (ça se dit?) et même franchement agréables à étudier, ce qui est en soi un sacré défi parce-que les cours de chimie et de description botanique, y’a quand même pas grand chose de plus chiant et austère à part peut-être le droit constitutionnel (vous aimez peut-être ça mais pour le commun des mortels c’est un enfer!). Ce sont d’ailleurs pour moi les cours synonymes d’horreur à l’école des plantes de Bailleul, car pour le premier je pige rien car c’est trop scientico-complexe, pour l’autre c’est juste qu’il y a trop d’informations à ingérer par cœur ainsi que 12 nouveaux mots ultra bizarres par phrase comme « poales », « indéhiscent », « monocotylédone » « phanérogame » ou « polygonaceae » qui font sûrement de toi le Dieu du Scrabble mais qui font quand même franchement peur quand ils sont tous dans la même phrase.

Hé bien là, bien que je doive m’y reprendre à deux ou trois fois pour bien intégrer les vidéos les plus scientifiques, relire régulièrement des définitions dans le glossaire, et creuser les PDF complémentaires pour saisir certaines subtilités, c’est tellement bien expliqué que ça finit toujours par rentrer! Et comme écrit dans la formation en introduction du chapitre sur la pharmacognosie : « Avant de vous lancer dans la réalisation de vos poudres de perlinpinpin autant savoir exactement quelles sont les molécules actives que cachent vos plantes sauvages préférées! ». Je sais pas vous mais moi, quand on me présente comme ça une matière que je sais être complexe pour l’avoir déjà étudiée avec un succès mitigé, hé bien ça me rassure car je sens que de très gros efforts en pédagogie vont être faits : et c’est effectivement le cas !

test avis le chemin de la nature formation du cueilleur cueillette de plantes sauvages botanique herboriste herbaliste phytothérapie aromathérapie gemmothérapie #cueillette #botanique #survivalisme

Capture d’écran extraite de « La Formation du Cueilleur » par Le Chemin de la Nature.

Les objectifs de la formation tels que décrits sur le site Le Chemin de la Nature :

Je ne vais pas paraphraser ce qui est déjà très bien synthétisé sur le site du Chemin de la Nature :

 À l’issue de la Formation du Cueilleur, vous serez capable de :

  • Identifier plus de 130 plantes sauvages comestibles et médicinales de façon précise, méthodique et autonome ;

  • Organiser et réaliser vos cueillettes en toute sécurité au fil des saisons ;

  • Transformer vos récoltes en délicieuses recettes, apprendre à conserver vos préparations et mieux comprendre la place des plantes sauvages dans une alimentation équilibrée ;

  • Devenir acteur de votre santé et gagner en autonomie en se basant sur 3 grands piliers : cueillette, cuisine sauvage et remèdes naturels à base de plantes ;

  • Savoir préparer vos remèdes à partir de vos cueillettes ;

  • Utiliser les plantes pour soigner certains maux du quotidien ;

  • Appréhender l’univers des plantes sauvages de manière globale et pluridisciplinaire et transmettre à votre tour ce nouveau regard sur votre environnement et ses trésors sauvages.

De belles et grandes promesses ! Mais sont-elles tenues ? Encore un peu de patience je vous dirai ça en fin d’article ! 

L’accès à la Formation du Cueilleur

Tous les contenus de la formation sont accessibles à vie. Seuls les forums sont accessibles pour une durée limitée de deux ans !

Les forums :

Il y en a plusieurs, directement sur la plateforme. Ils sont classés en deux catégories, les forums généraux et les forums d’activités. Ils permettent aux étudiants de discuter, de se rencontrer par proximité géographique (il y a une carte des étudiants), d’organiser des balades de reconnaissance de plantes sauvages entre étudiants de la formation, de poster des photos des espèces rencontrées et de demander aux autres étudiants d’aider à confirmer une identification… etc !

test avis le chemin de la nature formation du cueilleur cueillette de plantes sauvages botanique herboriste herbaliste phytothérapie aromathérapie gemmothérapie #cueillette #botanique #survivalisme

Capture d’écran extraite de « La Formation du Cueilleur » par Le Chemin de la Nature ; les forums généraux

 

test avis le chemin de la nature formation du cueilleur cueillette de plantes sauvages botanique herboriste herbaliste phytothérapie aromathérapie gemmothérapie #cueillette #botanique #survivalisme

Capture d’écran extraite de « La Formation du Cueilleur » par Le Chemin de la Nature : les forums d’activités

Je n’ai pas beaucoup pratiqué les forums (écrire sur les forums c’est pas trop mon truc, je crois) mais je consulte avec plaisir les échanges sur les identifications de plantes et j’ai très envie de me joindre prochainement  à une balade entre étudiants de ma ville !

Les contenus satellites :

En plus des cours, il y a des contenus complémentaires qui participent également beaucoup à la richesse de la Formation du Cueilleur. Je vous ai déjà parlé des fiches plantes, hyper complètes en vidéo + PDF, mais il y a également un immense glossaire qui explique chaque terme un peu obscur et surtout surtouuuttttt SURTOUT les vidéos pratiques !!! Je les ADORE !!! Tellement que oui, ça mérite des majuscules et des points d’exclamation multiples !!!! Ce sont tout simplement des vidéos de recettes culinaires ou de remèdes à préparer à partir de vos cueillettes : Bonbons aux fleurs sauvages, Brioche au lierre terrestre, Frittata de chénopode, Ail des ours et roquette sauvage, Pâté végétal au plantain lancéolé, Pesto de cresson sauvage, Salade de tilleul, Tempuras de plantes sauvage, Pain aux orties et aux noix, Recettes de facto-fermentation… la liste et longue ! Et quoi de mieux que des autos vidéos pour apprendre à utiliser nos trésors glanés dans la nature ? Comme toutes les vidéos de cette formation, les vidéos tuto recettes sont très bien faites. Je les regarde petit à petit et j’attends la bonne occasion pour me lancer !

test avis le chemin de la nature formation du cueilleur cueillette de plantes sauvages botanique herboriste herbaliste phytothérapie aromathérapie gemmothérapie #cueillette #botanique #survivalisme

Mon avis sur la formation du cueilleur par Le Chemin de la Nature

Enfin, on y vient !

Concrètement, après avoir suivi près de la moitié de la formation et assisté à 3 balades de reconnaissance des plantes sauvages en compagnie de Christophe (planning des balades ici) ainsi que des balades seule ou avec des amis assistée de Pl@antNet, de livres et des vidéos et PDF récapitulatifs de la Formation du Cueilleur, je ne peux que faire le constat que oui, j’ai énormément progressé sur la compréhension du monde végétal, sur la reconnaissance de nombreuses espèces et de fleurs familles, et de leurs usages culinaires et médicinaux bien que je craigne encore quelque peu de me lancer dans la cuisine des plantes sauvages : j’ai encore du mal à me faire confiance en mes propres identifications même quand il n’y a aucun doute possible. Mais non seulement c’est pas plus mal (mieux vaut être trop précautionneux.se que pas assez, il y a de vrais dangers à consommer des plantes sauvages et la formation insiste énormément sur le respect des règles de sécurité mais aussi d’éthique de cueillette), mais c’est aussi normal, du moins pour moi : j’ai besoin d’emmagasiner beaucoup de connaissances théoriques avant de me lancer dans la pratique. Ça vaut pour tout ! Et plus j’apprends, plus je réalise toute la complexité du monde végétal et plus je prends conscience que je pourrais passer ma vie à étudier le sujet sans pouvoir en faire le tour. C’est un peu comme si j’attaquais des études de médecine en vidéo : c’est vertigineux…

Mais justement, ce qui me plaît le plus dans cette formation, c’est que tout est fait pour organiser et synthétiser ces connaissances de la manière la plus accessible et pédagogique possible, et sans tomber non plus dans l’excès de vulgarisation. On va vraiment loin dans le sujet en axant uniquement sur ce qui peut nous être véritablement utile au quotidien. Je ne serai pas druide ou médecin à la fin de la formation mais c’est pas non plus mon but. Je veux juste acquérir les bases qu’il faut pour me sentir autonome dans la reconnaissance des plantes et leur usage culinaire ou médical pour des petits bobos et en cela, cette formation répond parfaitement à mes attentes.

Dans ce domaine scientifique hyper complexe (d’autant plus pour moi qui suis à la base une littéraire) et franchement austère quand il est abordé à l’ancienne de façon académique, je me sens désormais enfin prise par la main pour aborder sans crainte les poales, les phanérogames et les monocotylédones de manière agréable et efficace. Moi qui me croyais devoir dépendre d’un cours en présentiel selon un agenda fixe avec un prof en chair et en os devant moi pour vraiment apprendre, voilà mes croyances retournées, et je pense pouvoir affirmer qu’une telle formation conviendra à 99,9% des gens si tant est que le sujet de la cueillette les intéresse. C’est d’ailleurs peut-être pas pour rien que la pédagogie et l’éducation en ligne sont des secteurs si florissants, l’association des deux est tout simplement efficace ! L’Université a du souci à se faire. Pourtant, je suis fondamentalement un petit rat de bibliothèque et j’ai toujours adoré l’université et ses cours magistraux : mais clairement, pour avoir expérimenté sur ce sujet précis les deux formats (« académique » et présentiel : Bailleul / En ligne et ultra pédagogique : Le Chemin de la Nature) cette formation en ligne me semble être ni plus ni moins qu’une petite révolution dans l’efficacité de l’enseignement de la botanique et de la phytothérapie et dans le plaisir de son apprentissage. Je sais, je suis quand même vachement dithyrambique, mais je le pense !

test avis le chemin de la nature formation du cueilleur cueillette de plantes sauvages botanique herboriste herbaliste phytothérapie aromathérapie gemmothérapie #cueillette #botanique #survivalisme

Capture d’écran extraite de « La Formation du Cueilleur » par Le Chemin de la Nature. Extrait du PDF sur les feuilles et leur classification botanique.

Aujourd’hui, après une cinquantaine d’heures de cours, je suis plus motivée que jamais à poursuivre la formation. Je consulte aussi en parallèle chaque nouvelle publication Instagram du Chemin de la Nature : ça me fait réviser un peu chaque jour !

Changements marrants chez moi : je me surprends à tout regarder avec un oeil de botaniste : il y a un gros plan sur une plante dans un film ou bien je croise une plante au détour d’un chemin ? Si je la reconnais, je suis toute contente ! Et si je ne la reconnais pas, mon cerveau lance l’analyse : « Nombre de pétales ? Symétrie des fleurs ? Couleur ? Forme et disposition des feuilles ? Tiens ça doit être un Lamiaceae ! Il y a quoi comme plante toxique déjà dans la famille des Lamiaceae ? Et comment on les reconnaît ? Et ça pousse sur dans type de sol, déjà ? » Bref, montrez moi une plante et je pars en roue libre dans ma tête ! Et quand je détermine son espèce avec certitude, quelle joie ! Non seulement c’est plutôt rigolo, mais c’est aussi plutôt agréable et satisfaisant : là où avant je voyais juste « une plante », désormais les plantes que j’ai étudiées et parfois croisées dans la nature deviennent comme des amies que je suis toujours contente de recroiser que ce soit au détour d’un chemin ou sur un écran. Tomber sur une station de lamier pourpre me fait autant plaisir que de croiser par hasard groupe de potes dans la rue, et ma main à couper que ça vous fera le même effet !

Les pâquerettes sont l’une des plantes les plus simples à reconnaître ! Entièrement comestibles mais sans grand intérêt culinaire, on les utilise surtout en cosmétique pour leurs propriétés raffermissantes.

Quand je me balade dans la nature, j’arrive de plus en plus souvent à identifier des espèces soit toute seule. Là où auparavant je voyais dans une petit sous-bois un gros enchevêtrement végétal dans lequel j’étais pas capable de reconnaître grand chose (et encore moins de comprendre comment le tout s’agence ensemble), désormais tel Sherlock dans la série je lis des informations à de multiples endroits où mon regard se pose. Encore trop peu à mon goût, mais c’est normal, je débute ! L’intégration des connaissances de la formation me fait l’effet d’un gros puzzle dont chaque nouvelle connaissance acquise est une nouvelle pièce du puzzle placée au bon endroit. Je n’ai encore posé qu’une minorité des pièces alors j’ai du mal à identifier le dessin global, mais plus j’avance en intégrant de nouvelles connaissances, plus je pose de nouvelles pièces et plus les pièces se connectent entre elles. J’observe de plus en plus d’éléments et je commence à les mettre en lien les uns avec les autres, à reconnaître une famille de plante, à me surprendre à déterminer le type de sol par déduction, à deviner qu’une plante inconnue est probablement toxique ou bien probablement comestible juste en l’observant, à comprendre où en est la plante dans son développement, à deviner la probable présence d’une plante à côté d’une autre… et je commende même à apprendre de mes petites « erreurs » ! Et tout ça, c’est très satisfaisant ! J’ai hâte d’avoir terminé la formation pour comprendre encore plus de choses lors de mes prochaines balades !

Look mode éthique écologique KLOW Ondinema hiver mi-saison robe salopette en jean pull col roulé blanc #mode #modeéthique #sustainablefashion #vegan #veganshoes #bouquet #mimosa #jeans #frenchstyle

Votre humble servante et un bouquet de fleurs d’hiver !

Le prix de la formation : 

Allez, enfin le sujet qui fâche ! Cette formation a un coût non négligeable et c’est probablement son seul point « négatif » car pas tout le monde peut se permettre de se l’offrir. Par transparence, sachez que suite à notre rencontre lors de la première balade Christophe m’a proposé de m’y donner accès gratuitement en échange d’un article compte rendu sur mon blog, ce qui me convenait tout à fait comme échange de bons procédés ! Je n’ai donc finalement pas payé pour cette formation (et je n’aurais pas pu me le permettre, m’étant déjà inscrite à l’École des Plantes en parallèle), mais mon avis sur cette formation n’en reste pas moins tout à fait sincère et impartial. De toute façon, vous avez un mois d’essai pour vous faire votre propre opinion alors vous verrez bien vite par vous même ce qu’il en est !

La formation est aux alentours de 1200€, il y a de plus en plus de contenus et de plus en plus d’élèves inscrits. C’est un coût potentiellement inaccessible à certain.e.s même avec un paiement en plusieurs fois (je suis allée regarder, ça va jusqu’à 12 mois), et si c’est votre cas, rassurez-vous, vous trouverez énormément de contenu gratuit sur la chaîne Youtube et le compte instagram du Chemin de la Nature, de quoi apprendre déjà énormément ! Il y a de nombreux livres sur le sujet, et la plupart des balades d’identification de plantes sauvages organisées par Christophe sont sur donation

Si votre question est plutôt « Est-ce que cette formation VAUT ce prix ? » alors la réponse est un immense OUI. Je n’ose pas imaginer l’investissement en temps et en argent de cette équipe pour produire une telle quantité de contenu de si grande qualité sur une plateforme si fonctionnelle, et cela a évidemment un coût. Les formations, même en ligne, c’est souvent très cher, beaucoup plus cher que ça pour des contenus bien moins qualitatifs. J’ai des souvenirs horrifiés de mauvaises formations de deux jours à 1500€ ou plus, payées par mon entreprise, pôle emploi ou mon compte formation. Là, on est carrément aux antipodes ! La qualité de la formation est là, et la quantité de contenu également (je pense qu’il y en a au minimum pour 200 heures pour intégrer 30 chapitres et les contenus additionnels), la qualité de la plateforme technique aussi. L’équipe du Chemin de la Nature produit pour la formation et pour les réseaux sociaux des contenus de super qualité dans une quantité absolument ébouriffante : il y a des contenus chaque jour ! Un travail énorme en bonne partie gratuit sur les réseaux sociaux pour nous faciliter l’apprentissage et nous rendre plus accessible le monde fascinant de la cueillette ! La formation apporte quant à elle un cadrage pédagogique et une organisation des enseignements pour leur apporter de la cohérence et une continuité dans le processus d’apprentissage, de nombreux contenus en plus, une plateforme dédiée, un suivi, des évaluations, une communauté d’étudiants, bref tout ce qu’est censé apporter une formation par rapport à des contenus gratuits sur les réseaux sociaux.

Chère team du Chemin de la Nature : merci d’avoir réussi à faire tant évoluer ma connaissance du monde végétal et de ses complexes arcanes en si peu de temps, de m’avoir donné tant de clés de compréhension et de connaissances qui me font me dire « oui, c’est possible, je peux devenir moi aussi une cueilleuse » … et en fait, je réalise en écrivant cela que je le suis déjà, à chacune de mes balades désormais, où je prends toujours quelques instants pour m’arrêter sur les plantes que je croise car je les reconnais ou parce qu’elles m’intriguent ! Votre mission étant accomplie avec brio, je ne peux que vous souhaiter désormais tout le succès que mérite votre passionnante formation !

Alors, ça vous tente ? Voici les liens qui vous intéresseront le plus :

Cet article vous a intéressé ? Enregistrez-le dans l’un de vos tableaux Pinterest !

La cueillette des plantes sauvages comestibles, aromatiques et médicinales : comment apprendre ? Que ce soit par éthique écolo, par intérêt pour la botanique, pour le survivalisme, pour apprendre à consommer autrement ou simplement par curiosité, de plus en plus de personnes ont envie d'apprendre à reconnaître les plantes sauvages ! Et LA formation dans le domaine, c'est la Formation du Cueilleur, par Le Chemin de la Nature ! Je l'ai suivie et je vous donne mon avis :) #cueillette #botanique #plantessauvages #cuisinesauvage #phytothérapie #remèdes #écologie #survivalisme

Transparence : 

Cet article a été publié en avril 2020, et contient depuis août 2020 des liens d’affiliation suite à la création du programme affilié du Chemin de la Nature, ce qui signifie que je reçois depuis août 2020 un pourcentage sur les ventes de formations du Chemin de la Nature via le trafic venant de mon blog.

Bloguer est désormais mon métier et je suis fière que de plus en plus d’entreprises portant de belles valeurs me proposent de travailler ensemble au développement de leur visibilité ! C’est exclusivement en publications sponsorisées et en affiliation que je me rémunère car je ne place pas de bannières publicitaires sur le blog (je déteste ça en tant que lectrice, alors hors de question d’infliger ça à mes lecteurs) ! Alors si vous envisagez d’acheter une formation sur le site du Chemin de la Nature, n’hésitez pas à le faire via les liens de cet article, c’est une manière gratuite pour vous de me soutenir dans mon travail en me permettant d’être rémunérée pour mon travail. Merci pour votre soutien, car c’est en ayant un lectorat de plus en plus important (1 million de visites en 2019 woop woop !!!) que je peux désormais faire de ma passion un métier !

Et si vous avez apprécié la qualité de cet article, n’hésitez pas à me soutenir en suivant mon compte instagram !

Merci pour le temps et l’attention que vous avez accordé à la lecture de mon article, à bientôt je l’espère !

ondine

 

Article précédent Article suivant

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez probablement aussi ceux-ci :

6 Commentaires

  • Répondre Albert 24 avril 2020 at 11 h 56 min

    Bonjour Ondine,

    Je suis comme toi très investit dans l’apprentissage des plantes qui nous entourent, à des fins de soin, mais aussi plus généralement car elles s’inscrivent dans un mode de vie respectueux de l’environnement. Je cuisine énormément, je bricole beaucoup, je jardine en permaculture… Je suis interne en médecine générale, et j’ai validé en 2019 un diplôme universitaire de « Plantes médicinales, Phytothérapie et Aromathérapie » à la fac de Lyon.

    Ma question concernant la formation (et je te la pose à toi puisque tu as pu utiliser le site) : peut-on exporter les PDF de cours pour les stocker sur son ordinateur ? Je veux dire, autrement que via une application propriétaire ou le navigateur internet ?
    Trois raisons à cette question : j’aime pouvoir annoter mes PDFs, c’est une possibilité qui est géniale quand on apprend sur un support numérique, j’aimerai pouvoir les imprimer aussi (c’est parfois bien de se reposer les yeux, je passe mes journées devant mon écran pour ma thèse – qui porte aussi sur la phytothérapie d’ailleurs – …. et aussi, pense-tu envisageable de me partager une fiche de plante (une seule) telle qu’elle est abordée dans cette formation ?

    Effectivement, ayant déjà eu des cours assez poussé lors de mon D.U., et sachant que j’utilise aussi de la littérature scientifique officielle comme les fiches l’EMA ou de la Kommission-E, j’ai peur que cette formation fasse double emploi, du moins dans une certaine proportion, des connaissances que j’ai déjà pu acquérir ailleurs.

    Si je pose cette question, c’est aussi parce que LeCheminDeLaNature parle d’une « Garantie Satisfait ou Remboursé » pendant 1 mois, mais quand on se penche sur les CGV, on s’aperçoit malheureusement que c’est faux puisque cela ne concerne justement pas …. les formations en ligne dont le contenu complet est mis à disposition du client.

    Il me parait donc délicat et même risqué pour mes finances de placer 1200€ (-30%) pour quelquechose qui puisse ne pas m’être tant utile que ça….

    En te remerciant d’avance de ta réponse

    Albert

    • Répondre Ondine 1 mai 2020 at 18 h 47 min

      Bonjour Albert !
      Merci pour ton commentaire !
      J’ai contacté le Chemin de la Nature au sujet des CGV qui m’a dit que c’était une erreur de leur part au niveau de la formulation car justement la garantie est censée s’appliquer aux formations et uniquement à elles (le contraire donc de ce qui est apparemment écrit). Ils vont donc mettre à jour les CGV mais en tout cas m’ont confirmé que oui, la formation est bien remboursée sur demande durant le premier mois de test, et je pense que le mieux est que tu les contacte à ce sujet pour connaître la procédure exacte !
      Pas de souci pour le pdf, envoie moi moi un mail à eloge de la curiosite ((aroba@se)) gmail com et je te ferai parvenir ça 🙂

  • Répondre Albert 5 mai 2020 at 11 h 36 min

    Bonjour Ondine,

    Merci pour ta réponse ! Je viens de t’envoyer un mail. D’ailleurs, j’adore ta réponse automatique pour les agences etc … c’est une démarche éthique et juste que tu prônes, et c’est génial !

    • Répondre Ondine 17 mai 2020 at 22 h 16 min

      Merci beaucoup 🙂 Ca me bloque beaucoup de partenariats, mais je préfère héhé 🙂

  • Répondre Anso 13 mai 2020 at 9 h 37 min

    Bonjour,
    Je me suis inscrite dimanche soir à la formation du cueilleur et depuis 3 jours pas de mail avec les codes d’accès : je leur ai écrit par mail/ via formulaire de contact et sur facebook et pas de nouvelles.. je commence à m’inquiéter sérieusement… J’ose espérer que c’est juste parce qu’ils sont débordés de demandes et que ça n’a rien d’une arnaque

    • Répondre Ondine 17 mai 2020 at 22 h 15 min

      Je pense que c’est dans vos spams… Ils vont vous répondre, j’en suis sûre ! Contactez-les aussi par facebook ou instagram dans le doute !

    Répondre

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :